Famille

Les chicanes entre frères et soeurs

Vous avez l’impression que vos enfants se chicanent souvent? Sachez que les disputes entre frères et sœurs sont simplement normales et qu’il n’est pas toujours nécessaire d’intervenir.

Inévitables ou presque, les chicanes entre frère et sœur sont en quelque sorte un apprentissage de la vie en société. Lucie Gosselin, intervenante au Centre de ressources familiales de Kent, rapportait que selon des experts, les frères et sœurs d’âge préscolaire vivent en moyenne un conflit toutes les 6 ou 10 minutes! Calculez qu’il y aura donc des querelles des dizaines de fois au cours d’une seule journée… Imaginez une année! Les sources des chicanes? Innombrables : « Elle ne me prête pas le crayon bleu », « Il choisit le même verre que moi! », « Je ne veux pas regarder ce film-là! », « Tu l’aimes plus que moi! », « C’est elle qui décide toujours! », « Il me regarde », etc. Avouez que vous avez tout entendu!  

Les rivalités et les jalousies sont normales chez les enfants. Vivre ensemble, tous les jours, avec des personnalités différentes, des goûts parfois opposés, un rang de la famille unique qui confère parfois des responsabilités parfois des privilèges, etc. Tout cela peut générer des conflits. Mais il ne faut pas voir que les côtés négatifs de la fratrie, les moments de complicité existent aussi.

Certaines études ont montré que les enfants qui ont peu de différence d’âge ont tendance à se chicaner plus souvent. Un jeune frère et une sœur plus âgée seraient la combinaison qui suscite le moins de conflits, probablement parce qu’ils ont peu d’activités et d’intérêts en commun. Mais cela ne veut pas dire pour autant qu’ils s’entendent bien ou qu’ils soient des amis. En fait, il semble qu’il n’y a pas de combinaison d’âge ou de sexe idéale pour éviter les chicanes.
Source : Lucie Gosselin, intervenante au Centre de ressources familiales de Kent

Toutefois, les prises de bec peuvent devenir une grande source de stress pour les parents, car elles les ramènent à ce que nous avons vécu avec notre propre fratrie. Il est donc important d’essayer de garder son sang-froid, son calme et sa rationalité devant nos enfants qui se chamaillent. Le plus important reste d’être constant, d’avoir des règles claires et pareilles pour tout le monde (par exemple : ne pas se frapper, ni se dire de gros mots, etc.). Ainsi, vos enfants sauront que vous interviendrez s’ils agissent ainsi et qu’ils en payeront le prix. D’autres conflits méritent que vous laissiez vos enfants trouver eux-mêmes une solution. 

Le but derrière la chicane?

Eh oui, il y aurait un « but » derrière les conflits entre membres de la fratrie. Bien sûr, il peut y avoir un enjeu (l’obtention d’un jouet, le sentiment d’avoir été traité injustement, etc.), mais il y a aussi un désir de marquer son territoire au sein de la famille et d’y trouver sa place. En effet, quand les enfants se chicanent et que les adultes interviennent, les petits observent comment vous réagissez. Ils verront sur quoi vous vous basez pour agir ou sévir. Il y a même des cas où les chicanes sont « créées » par les enfants pour obtenir de l’attention des parents.

« Qui a commencé? »

Faire l’arbitre et trouver le coupable est une action perdue d’avance. Vous vous embarquez souvent dans une escalade de protestations et vous finissez par perdre de vue l’élément de départ. Certains parents préfèrent couper court et punir les deux enfants s’ils ne s’entendent pas, d’autres relèvent la source du conflit – le partage du jeu vidéo, par exemple – et demandent aux enfants de trouver une solution rapidement autrement, ils ferment le jeu vidéo. Cessez de croire que vous devez absolument intervenir à chaque conflit. Si l’intégrité ou la sécurité des enfants ne sont pas en jeu, vous pouvez les laisser régler le conflit tout seuls. Si vous êtes toujours l’arbitre de la situation, il se peut que ce rôle soit un jour lourd à porter. Déléguez… même en matière de chicanes!

Être juste… dans nos limites!

Les enfants sont souvent dans une quête de la justice absolue. Le petit veut les privilèges du plus vieux, votre fille pense que son frère est toujours servi en premier à table, etc. Il est important aussi de faire comprendre aux enfants qu’il est parfois impossible de tout faire de façon identique et en même temps pour eux. Parfois, c’est chacun son tour et une autre fois, ce sera le contraire. Si vos enfants sont susceptibles sur certains détails, essayez de dédramatiser ou du moins de réduire simplement les sources de désagréments et de possibles chicanes. Devant des chicanes persistantes concernant la couleur des verres « Je veux le bleu! », « Non, c’est moi! Je n’aime pas le vert! »… le plus facile est de prendre des verres identiques.

Calculatrice d'accouchement

Calculez votre date d'accouchement en rentrant la date de vos dernières règles.

Cette semaine

Commentaires

Calculatrice d'accouchement

Calculez votre date d'accouchement en rentrant la date de vos dernières règles.

Suivez-nous

Facebook Twitter Pinterest Google+ Instagram Youtube RSS

Josée Lavigueur dans son quotidien

9268 vues / 0 commentaire

Bulletin Ma Grossesse

Abonnez-vous dès maintenant.

Bulletin Bébé grandit!

Abonnez-vous dès sa naissance!

Nos partenaires