Imprimer Fermer
Famille

L'attachement et le détachement parent-enfant

Est-ce que je vais rendre mon enfant dépendant si je le prends dans mes bras? Voilà la question que j’ai reçue d’une lectrice. Son bébé d’un an traverse une phase très « maman » ; elle se demande comment gérer la situation.

« Il veut constamment être assis sur moi, pris dans les bras, il doit être dans la même pièce, etc. Je veux le rassurer mais j’ai peur de le rendre dépendant », me disait cette maman.

La confiance se bâtit avec le temps. Les enfants ne naissent pas en sécurité, ils développent leurs aptitudes et ils passent par différentes phases pour construire leur sécurité. Ce processus n’est pas linéaire : l’environnement et les événements extérieurs altèrent leurs besoins.

Un bébé cherche toujours à répondre à ses besoins, il est connecté à sa mission : sa survie hors du ventre de sa maman. Il est extrêmement exigeant pour le bébé de se faire comprendre. La figure d’attachement, qui est en général la mère dans nos sociétés (la personne qui prend soin le plus souvent de l’enfant dans les neuf premiers mois de sa vie), permet à l’enfant de se ressourcer, se calmer et s’organiser. Grâce à la proximité du parent, l’enfant peut développer sa sécurité intérieure et recharger ses batteries pour se tourner vers l’extérieur.

Pas un caprice

Ce n’est pas un caprice. L’enfant cherche l’autonomie fondamentale mais cela se fait par pallier et de façon non linéaire. Dans sa théorie de l’attachement, John Bowlby explique que le besoin d’être porté et d’agripper sont des besoins primaires chez l’enfant. C’est donc tout à fait normal et même souhaité pour son développement.

Un enfant qui demande à entrer en communication et donc être porté est un enfant qui sait qui est son référant mais aussi qui a de bons réflexes. Il interagit sainement.

La pression sociale est forte à ce sujet, elle implique que des parents trop en fusion ne permettent pas à leurs enfants de développer des aptitudes vers l’autonomie. Or, c’est en se tenant au bord d’un bassin d’eau dans lequel on a les pieds qu’on apprend à nager. C’est grâce à cette sensation qu’il est possible d’y aller à son rythme, sans être brusqué et de faire ses tentatives sans pression de l’extérieur. L’autonomie est un apprentissage et pour qu’il se fasse, cela prend des essais-erreurs, et surtout de la maturité.

Des cycles

Pour se détacher, l’enfant doit d’abord s’être attaché, solidement et sans condition. Il peut ensuite oser se détacher sans inquiétude, de plus en plus souvent, de plus en plus longtemps.

Le point de repère des bébés est la mère ; ils font donc des allers et venus vers l’extérieur et retournent vers elle pour se recharger. La mère est la zone de confort, sa ressource principale. Lorsque les bébés vivent beaucoup de stimulation ou des événements particuliers, ils ont tendance à s’accrocher plus fort pour un retour au calme et pour digérer les événements.

Cette semaine

Commentaires

Suivez-nous

Facebook Twitter Pinterest Google+ Instagram Youtube RSS

Sébastien Benoît dans son quotidien

12470 vues / 0 commentaire

Bulletin Ma Grossesse

Abonnez-vous dès maintenant.

Bulletin Bébé grandit!

Abonnez-vous dès sa naissance!

Nos partenaires