Famille

Migrer en région… pourquoi pas?

L’idée de vivre et de travailler en région vous titille. Or, migrer d’un grand centre urbain vers une région, c’est un grand pas à franchir. Est-ce vraiment pour vous?

La région, plusieurs y voient un endroit rêvé pour y fonder sa famille. Mais encore faut-il avoir le profil pour y couler des jours heureux. Pour qui est en phase de réflexion, Adecco a voulu apporter un éclairage sur une telle démarche en cédant la parole à Jennifer Paré, coordonnatrice de la stratégie MigrAction au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Cet organisme, présent dans 11 régions du Québec, se concentre à créer des conditions favorables à l’établissement des jeunes de moins de 35 ans en région. Par ses propos, Jennifer souhaite vous aiguiller sur les bonnes questions à vous poser et les bons gestes à accomplir.

Les raisons de vivre en région

La ville ou la région? Pas facile de départager le milieu de vie qui comporte le plus d’atouts, car la réponse dépend des besoins et des intérêts de chaque personne. « Oui, il y a les services de proximité et une offre culturelle plus diversifiée en ville, mais les régions ne sont pas dépourvues d’attraits pour autant, » affirme Jennifer Paré. Voici d’ailleurs un survol des arguments soulevés au cours de la discussion :

  • les perspectives d’emploi : depuis un certain nombre d’années, le gouvernement a investi dans la création d’emplois pour contrer la dévitalisation des régions. Aujourd’hui, cette décision porte ses fruits et se double du phénomène des départs massifs à la retraite. Les chances de décrocher un poste valorisant sont donc réelles et le nombre de candidatures plus faible qu’en ville. « Par exemple, au Saguenay-Lac-Saint-Jean, nous avons beaucoup d’emplois à offrir avec de très bons salaires, même à des postes de haut niveau, poursuit Jennifer. C’est certain qu’il existe une différence salariale avec la ville, mais le coût de la vie n’est pas le même », indique Jennifer Paré.
  • L’accès à la propriété : avec le boom immobilier, l’accès à la propriété diminue dans les grands centres. « Plusieurs personnes que j’ai rencontrées optent pour la région parce qu’il demeure possible d’y acquérir une maison avec un plus grand terrain », indique Jennifer.
  • La qualité de vie : oubliez les bouchons de circulation et les heures perdues à attendre. En région, les déplacements se font en 10 ou 15 minutes, ce qui libère un temps précieux pour la famille, les amis ou les loisirs.
  • Autre facteur à considérer : dénicher une place en garderie à faible distance de la maison ou du lieu de travail ne relève pas de l’utopie. Pas étonnant donc que plusieurs choisissent de migrer pour fonder leur famille.
  • Le réseau social : le fait de se retrouver dans un petit milieu aide à faire sa place et à se tisser une vie sociale. « Il est souvent plus facile de s’impliquer dans les organismes communautaires, les conseils d’administration des entreprises et les conseils municipaux. La participation citoyenne dans les petites municipalités n’a pas le même impact que dans un grand centre. L’influence est plus directe », ajoute Jennifer.
  • Le milieu de vie sécuritaire : à comparer des villes, la criminalité est moindre en région. Puis le fait d’appartenir à un réseau social et de connaître l’entourage a un effet positif sur la sécurité des enfants et des biens. « Quand on connaît le voisin, on est plus attentif, » fait remarquer Jennifer.
  • La proximité de la nature : randonnées pédestres, pêche, raquettes en forêt… les amoureux de plein air y trouvent leur compte. Il suffit de rouler une quinzaine de minutes pour se retrouver dans la nature et avoir droit à une foule de loisirs qu’il demeure difficile de pratiquer en ville.
Le défi de l’adaptation

Avant de plier bagage et de tout abandonner en ville, il faut prendre conscience que les avantages cités précédemment ont aussi leur revers. Oui, la proximité et l’implication citoyenne peuvent favoriser les échanges et l’entraide. N’empêche, il faut avoir un type de personnalité qui se fond à ce mode de vie différent.

« En ville, on peut tout ignorer du troisième voisin et même de la personne qui habite la porte à côté. En région, on connaît le voisin et les gens de la rue au complet », note Jennifer. De ce point de vue, il faut être en mesure de composer avec cette dynamique. La personne qui habite en région doit également être habitée par l’esprit d’entraide parce qu’un milieu de vie tissé serré repose sur cette valeur.

Autres réalités à mentionner : il faut pouvoir vivre avec une offre culturelle moins grande et l’absence de vie que Jennifer qualifie de branchée. Puis, qu’on se le dise, il est pratiquement impossible de vivre sans voiture en région puisque le système de transport et de covoiturage est inefficace.

De belles portes d’entrée

Enfin, il existe à l’échelle provinciale des organismes qui viennent en soutien aux personnes désireuses de s’installer en région. C’est le cas de Migr’Action et de Place aux jeunes, une association en soutien aux jeunes de 35 ans et moins pour favoriser l’établissement et l’intégration professionnelle et sociale en région.

« Cet organisme compte des agents de liaison à Montréal, Québec et Gatineau qui représentent et connaissent toutes les régions du Québec. Au cours d’un entretien, ces agents vont cibler les milieux qui répondent aux besoins et aux intérêts de la personne. Après quoi la personne peut même participer à un séjour exploratoire gratuit d’une fin de semaine pour prendre le pouls, visiter et rencontrer des employeurs », décrit Jennifer.

En somme, il s’agit d’une bonne adresse à retenir pour qui veut avoir un avant-goût de l’aventure avant de faire le grand saut.

En collaboration avec Annie Boutet, rédactrice.

Tracy-Ann Lugg

Vice-présidente régionale d’Adecco

Maman de quatre enfants en retour progressif à raison de 4 jours semaine depuis son dernier congé de maternité, Tracy occupe le poste de Vice-présidente régionale d’Adecco depuis 2004. Gestionnaire de plus de 100 professionnels du domaine RH essentiellement et de 1400 employés temporaires à travers la province, Tracy est sensible aux besoins de ses employés et aux nouvelles réalités du marché de l’emploi. La conciliation travail et vie personnelle fait partie de ses préoccupations quotidiennes envers ses employés. Adecco, 514-845-4255.

Calculatrice d'accouchement

Calculez votre date d'accouchement en rentrant la date de vos dernières règles.

Cette semaine

Commentaires

Calculatrice d'accouchement

Calculez votre date d'accouchement en rentrant la date de vos dernières règles.

Suivez-nous

Facebook Twitter Pinterest Google+ Instagram Youtube RSS

Josée Lavigueur dans son quotidien

9273 vues / 0 commentaire

Bulletin Ma Grossesse

Abonnez-vous dès maintenant.

Bulletin Bébé grandit!

Abonnez-vous dès sa naissance!

Nos partenaires