Imprimer Fermer

Quand votre enfant a peur, il grandit!

Le noir, le loup, les monstres... Telles sont les peurs de l’enfance. Ces peurs qui sont toutes différentes et plus ou moins réelles changent avec l'âge, mais on doit toujours les prendre au sérieux.

Aider notre enfant à affronter ses peurs fait aussi partie du rôle des parents.

À quoi sert la peur?

C'est un mécanisme défensif naturel qui provoque une réaction physiologique désagréable. Le cœur s'accélère, le rythme respiratoire augmente, tout comme le taux de sucre dans le sang, car l'adrénaline monte, monte...

L’émotion de la peur, c'est une réponse du corps à une situation ressentie comme dangereuse. Tous ces signes nous préparent à réagir à l'arrivée d'un danger : soit on attaque, soit on fuit. La peur est une réponse pour s'adapter à ce qui nous arrive. Elle nous protège des dangers et est à la base de notre sécurité. Ce qui veut dire, en clair, que l'enfant qui réussit à surmonter ses peurs, en les affrontant, prend confiance en lui et aborde la vie avec sérénité.

Pour eux, les monstres existent vraiment

L'enfant et l'adulte ont peur de façon identique. Par contre, c'est la perception des situations qui change. Un enfant pourra, par exemple, être terrorisé par un bruit non reconnu et par ailleurs jouer avec des allumettes, sans voir le danger. Les peurs des enfants peuvent être d'une grande intensité et aussi très imaginaires : l'enfant qui voit une ombre sur le mur de sa chambre et croit en la présence d'un fantôme est réellement « mort » de peur. D'autant plus que jusqu’à 7 ans, un enfant ne fait pas bien la différence entre le vrai et le faux. Pour lui, toutes les sources de peur se valent. Que ce soit la peur du noir, la peur des gros chiens ou du loup, la peur se traduit de la même manière. Nous, les adultes, ne devons pas traiter ces peurs non réelles ou imaginées à la légère ou nous moquer d’eux.

Comment l'aider?

C'est bien souvent la réaction de l'entourage aux peurs de l'enfant qui fera la différence entre l'enfant qui peut affronter l'avenir, et celui qui reste prisonnier des peurs de son enfance.

Concrètement, cela veut dire prendre en compte l'émotion de son enfant, l'accompagner, sans pour autant la partager. Si l'enfant sent que ses parents ont peur aussi il sera conforté dans cette émotion. Il ne s'agit donc pas, non plus, de fuir l'objet de la peur, mais d'aider l'enfant, par des paroles rassurantes, en lui donnant, si possible, des pistes pour agir. Petit à petit, il gagnera en indépendance et en sortira grandi. Car il s'agit de mettre en place, dès la naissance de son enfant, une véritable éducation de la confiance en soi pour le préparer à l'âge adulte.  

Quelles peurs? À quel âge?

Tout au long du développement de l'enfant, la peur est une des émotions les plus précoces.

De 0 à 3 mois, les nouveau-nés ont essentiellement peur des bruits soudains et peur de tomber.

De 3 mois à 1 an, c'est l'apparition de la fameuse « angoisse de séparation » et la peur des visages étrangers.

De 1 à 2 ans, les peurs les plus fréquentes sont la peur du médecin, celle des chiens ou encore la peur de disparaître avec l'eau du bain. Heureusement, c'est un passage.

De 2 à 3 ans, la peur de l'orage et de l'obscurité ainsi que certaines peurs liées à l'apprentissage de la propreté apparaissent.

De 3 à 6 ans les monstres, la maladie ou la mort d'un de ses parents, la peur de l'eau ou encore celle de se perdre sont les peurs de cet âge-là.

Si pour toutes sortes de raisons, les peurs de votre enfant perdurent pendant plus de 6 mois, sur des sujets récurrents, alors n'hésitez pas à consulter un professionnel pour en parler avec lui. Il s'agit de ne pas laisser votre enfant dans un état d'anxiété constant sans prendre en compte des éléments qui ne vous sont peut être pas apparents.

En conclusion

Nous, les parents, soyons vraiment proches de nos enfants dans ces différents moments et surtout rassurons les de notre présence. Vous pouvez même leur dire que, vous aussi, ça vous arrive d'avoir peur. Cela les rassurera de savoir que les adultes ont aussi leur part de doutes et de craintes.

Lectures inspirantes

Pour que votre enfant n'ait plus peur, Dr Jacques Levau, éditions Odile Jacob, 2005, ISBN : 9782738115942, 37,95 $

Mon enfant est triste, Luis Vera, éditions Odile Jacob, 2001, ISBN : 9782738109262, 39,50 $

Max et Lili ont peur, Dominique de Saint Mars, éditions Calligram, 1996, ISBN : 9782884451895, 9,95 $.

Martine Jouffroy Valton

Psychothérapeute

Psychothérapeute gestaltiste diplômée du Centre d’intervention gestaltiste de Montréal, Martine a suivi ses études de psychothérapie clinique en 1995 et a elle-même suivi une thérapie de 5 ans avec des psychothérapeutes d’orientation gestaltiste, à Montréal. Cette orientation lui correspond, car elle aide les personnes dans l’ici et maintenant. Elle a accompagné des personnes en fin de vie et des familles touchées par des maladies génétiques ou le SIDA. Actuellement, elle est coach en entreprise dans le domaine de la communication et du marketing ainsi que plus récemment dans le domaine des recrutements d’experts internationaux pour la commission européenne à Bruxelles. Elle a aussi une pratique privée du coaching en face à face et apprécie particulièrement cette activité très personnalisée. Elle a un site Internet sur lequel elle explique davantage ses services, dont le coaching par téléphone ou par courriel moyennant des frais. Pour la joindre : mjouffroy@hotmail.com ou au téléphone +32-485-614-234.

Cette semaine

Commentaires

Suivez-nous

  • Facebook
  • Twitter
  • Forum Forum 92 501
  • RSS

Mamanpourlavie.tv

Les loisirs pour enfants - Vidéo

5827 vues / 0 commentaire

Bulletin Ma Grossesse

Abonnez-vous dès maintenant.

Bulletin Bébé grandit!

Abonnez-vous dès sa naissance!