Imprimer Fermer

Cododo

Certains le font en cachette tandis que d'autres s'empêchent de le faire par crainte de donner la mort à bébé, ou d'en devenir esclaves. Pourquoi le sommeil partagé dans le lit parental est-il encore tabou?

Quoi de plus doux et intense pour une nouvelle maman que de se blottir peau contre peau sur son nouveau-né! En ce qui concerne le co-dodo, il existe différentes écoles de pensée nous interdisant ou nous mettant en garde sur les dangers de cette pratique! Pourquoi ces mises en garde? Surtout parce que dans notre société on parle de mauvaise habitude ou de gâterie. Le co-dodo est mal vu et les parents culpabilisent. Certains le font en cachette tandis que d'autres s'empêchent de le faire par crainte de donner la mort à bébé, ou d'en devenir esclaves. Dans la majorité des cultures, bébés, bambins et souvent même enfants dorment dans la même couche que leurs parents. Seules les cultures occidentales modernes comme la nôtre dénigrent ce comportement pourtant naturel. Pourquoi le sommeil partagé dans le lit parental est-il encore tabou?

Bien que la pratique du sommeil partagé demeure controversée, de plus en plus de parents sont convaincus de ses bienfaits. À travers le monde, des familles pratiquent le sommeil partagé, communément appelé le co-dodo ou « co-sleeping ». Mais qu’est-ce, en fait, que le co-dodo? C’est une activité qui se définit par le partage du lit parental avec les enfants, aussi longtemps que les parents en jugent le besoin et en retirent des bénéfices.

Grand confort pour maman

Le co-dodo est ordinairement adapté au besoin de la famille. Il peut se définir par le sommeil partagé par toute la famille sur la même couche ou par le partage du lit parental avec le bébé pour une partie ou la totalité de la nuit. Certaines philosophies considèrent même le simple fait d’avoir auprès du lit parental le berceau du bébé comme un « co-dodo ». De toutes les raisons justifiant le sommeil partagé, le contact humain avec son enfant reste sans aucun doute la raison principale. C'est à travers sa peau, organe sensitif des plus développé à la naissance, que l'enfant met le monde à la portée de sa main. La peau permet à bébé de prendre conscience de son propre corps et d’établir ses premiers rapports aux choses extérieures. Tous les jeunes mammifères cherchent à maintenir ce contact physique étroit et vital avec leur mère.

Pour ce qui est des mamans qui pratiquent l’allaitement, le grand espace du lit permet un plus grand confort. C’est une installation de tout repos. Maman n’a pas à faire d’efforts pour soulever le bébé, et si les boires sont plus fréquents et rapprochés, cette proximité permet un demi-sommeil, et par conséquent, un retour au sommeil plus facile. Cela contribue de beaucoup au repos de la mère qui a besoin de récupérer à son tour. Si dormir à trois permet à tout le monde de récupérer, pourquoi s'en priver? Le co-dodo permet à la mère et au père de réagir rapidement si l'enfant pleure, s'il s'étouffe ou encore s'il a besoin qu'on le caresse, qu'on le berce ou qu'on le prenne. Cela contribue à régulariser la respiration de l'enfant ainsi qu’à son sommeil.

Le traumatisme de la naissance

Pas évident après neuf longs mois d’hibernation au creux du ventre de maman de se retrouver seul dans un lit, si petit soit-il! La naissance demeure sans aucun doute un des plus grands traumatismes de notre vie. Bien qu’aujourd’hui cela nous semble bien loin, cette expérience demeure imprégnée quelque part en nous. Chez beaucoup d’enfants, le sommeil partagé s’effectue assez bien. Chez plusieurs, le simple fait d’être collé contre la poitrine maternelle arrête les pleurs et calme les angoisses. La chaleur corporelle et le battement de cœur d’une maman servent de rappel réconfortant et sécurisant dans lequel il baignait dans votre ventre. Le co-dodo peut donc servir de transition de détachement, et celle-ci doit se faire pas à pas, sans se presser!

Les nuits agitées

À la suite d'un cauchemar ou d'une grosse peine qui s’éternise, certains enfants éprouvent des difficultés à s’endormir. Le simple fait de passer quelques nuits en co-dodo leur redonne confiance. Il ne faut pas laisser leurs nuits devenir source d’angoisse et de stress puisque la nuit est là pour qu’ils bénéficient d’un sommeil le plus calme qui soit afin qu’il devienne le plus réparateur possible.

Prudence au sujet des « qu’en-dira-t-on » et des opinions scientifiques

Au début de l’automne 2004, le Journal de Montréal faisait la traduction d’un article paru dans le Globe And Mail des résultats d’une recherche entreprise par un médecin américain, soit le Dr James Kemp, sur les dangers que peut engendrer le fait de coucher un bébé dans le lit parental.

Cette semaine

Commentaires

Suivez-nous

  • Facebook
  • Twitter
  • Forum Forum 93 413
  • RSS

Mamanpourlavie.tv

Les soutiens-gorge d'allaitement - Vidéo

12145 vues / 5 commentaires

Bulletin Ma Grossesse

Abonnez-vous dès maintenant.

Bulletin Bébé grandit!

Abonnez-vous dès sa naissance!