Imprimer Fermer
Papa

Papa reste à la maison

De plus en plus de pères décident de rester à la maison avec les enfants ou, du moins, de profiter du congé parental pendant la première année de bébé, à la place de la mère. Exception ou nouvelle réalité?

Gardien de fort

Il y a quelque temps, Statistique Canada révélait que le nombre de pères qui décident de rester à la maison avec les enfants a augmenté de 39 % au cours des vingt dernières années. Cette augmentation est d’ailleurs plus marquée à partir de 2006, depuis l’instauration du Régime québécois d’assurance parentale, grâce auquel les pères ont aussi droit à un congé à la naissance de leur enfant. Par ailleurs, le Globe & Mail rapportait en 2011 que dans 12 % des familles canadiennes biparentales, c’est en effet le papa qui reste à la maison.

Loin d’être une norme ou une tendance, on assiste néanmoins à l’éclosion d’une nouvelle réalité : celle des papas qui laissent de côté le rôle traditionnel de pourvoyeur pour tenir celui de gardien de fort, à la maison. Plusieurs changements démographiques et législatifs, combinés à l’évolution des mentalités et des comportements, ont contribué à projeter cette image d’un nouveau père : un père plus impliqué dans la relation avec ses enfants et, cela va de soi, dans la prise en charge des activités parentales. Les femmes occupent plus de place sur le marché du travail, il est donc normal que les hommes en occupent plus à la maison.

Attends que ta mère arrive…

Maman travaille et, dans la foulée, il arrive que son salaire ou ses possibilités d’avancement soient plus intéressants que ceux de Monsieur. Dès lors se pose la question : n’est-il pas préférable que ce soit lui qui reste à la maison? Si au Québec les frais de garde sont toujours abordables, permettant aux deux parents de travailler à l’extérieur, ce n’est bien entendu pas le cas partout. D’ailleurs, le New York Times se penchait sur la question du daddy-mom (papa-maman) dans un article de 2012, Just Wait Until Your Mother Gets Home (Attends un peu que ta mère rentre à la maison). Dans la métropole américaine, en effet, de plus en plus de pères peuvent être aperçus dans les parcs, poussettes et biberons à portée de main. Si les premiers d’entre eux faisaient figure d’exceptions, et se sentaient parfois dévisagés par les autres mères, ils sont dorénavant bien acclimatés et ont même mis sur pieds plusieurs groupes de pères, à l’image de ces groupes d’allaitement.

Regard des autres

On se dit ouvert d’esprit, et pourtant, dans notre société, l’image du père pourvoyeur perdure. « Personne ne l’a dit ouvertement, mais je sentais de la surprise, du jugement dans leur voix, quand je leur disais que ma blonde travaillait et que je restais à la maison », relate Guillaume, 33 ans. « C’est pas parce qu’on doutait de mes capacités… Ben, je pense pas… », ajoute-t-il en riant. « Mais les autres mères avaient l’air d’avoir un peu pitié de moi : pauvre gars abandonné par sa blonde! Pourtant, c’était une décision qu’on avait prise ensemble. Ma blonde n’était pas du tout ingrate. On était juste atypiques. » Pourtant, les préjugés demeurent et la décision de certains hommes de prendre un congé parental est encore mal vue dans des milieux de travail, particulièrement lorsqu’ils sont principalement masculins.

Congé parental

Comme nous le mentionnions, au Québec, les frais de garde peu élevés font en sorte que, dans la plupart des ménages, les deux parents travaillent. Ceci étant dit, de plus en plus de pères profitent du congé parental dans la première année de vie de leur rejeton. Selon le Conseil de gestion de l’assurance parental, après l’instauration du RQAP, le nombre de pères prestataires a connu une augmentation importante : en trois ans à peine il est passé de 37 % des prestataires, à 45 % en 2009. Et ces chiffres ne font qu’augmenter! Pourquoi? D’une part, parce que de plus en plus de femmes occupent des postes importants, où le salaire est compétitif, sans compter celles qui ne souhaitent pas quitter le marché du travail pour toute une année. Pour Guillaume par exemple, acteur et père d’une petite fille, il était tout naturel de rester à la maison. Sa conjointe avait un emploi stable, alors qu’il se trouvait entre deux contrats. D’autre part, de plus en plus d’hommes ont envie de profiter à fond de cette expérience tout à fait unique : s’occuper de son enfant pendant sa première année de vie. Ils mettent donc la carrière de côté, du moins pour un temps, et se consacrent à l’éducation de leur bébé.

Cette semaine

Commentaires

Suivez-nous

Facebook Twitter Pinterest Google+ Instagram Youtube RSS

Mamanpourlavie.tv

Comment soutenir le développement cognitif de mon enfant?

2407 vues / 0 commentaire

Bulletin Ma Grossesse

Abonnez-vous dès maintenant.

Bulletin Bébé grandit!

Abonnez-vous dès sa naissance!

Nos partenaires