Imprimer Fermer
Grossesse/Maternité

Chronique Maman Nadine (37): Tout est prêt… où es-tu?

Ça y est (enfin), tout (ou presque) est prêt! Ouf! Un soupir de soulagement mêlé à une légère inquiétude. Tu seras bientôt là, tout me le rappelle maintenant…

Ça y est (enfin), tout (ou presque) est prêt! Ouf! Un soupir de soulagement mêlé à une légère inquiétude. Tu seras bientôt là, tout me le rappelle maintenant… Peu importe où je regarde, il ne manque que toi. Je vois l’absence. Je vois l’attente. Je vois presque les minutes qui me séparent de toi.

J’ai eu un peu peur de ne pas arriver à tout faire avant ton arrivée. Être « prête » à 37 semaines, ce n’est pas un exploit. C’est même être un peu « serré » dans le temps. J’aurais aimé aller me recueillir un peu plus dans ta chambre, fraîchement décorée, plus souvent avant ta naissance, pour la parfumer de toi… Mais d’un autre côté, j’insiste ainsi moins sur ta venue prochaine. Je préfère finalement n’avoir que trois maigres semaines – qui sait peut-être quatre et quelques fractions - pour me titiller la patience bien comme il faut!

En t’attendant, j’ai fait plusieurs listes pour me tenir bien occupée : une liste de choses à faire et à terminer, une liste d’achats pressants, une liste d’achats souhaités si le budget le permet, une liste « to do » à mon chum, une liste d’endroits à visiter, une liste de recettes à essayer et une liste de livres à lire. Je devrais tenir le coup jusqu’à la naissance d’Hubert. Même que je devrais être assez débordée pour ne pas trop penser… Idéal pour ne pas trop penser et surtout pour ne pas « attendre ».

Blitz de photos…
Pour cette avant-dernière chronique, voici les preuves que tu es presque là… parmi nous!

Ta chambre
La voilà! La voici! L’aimeras-tu? Moi, je prends plaisir à y aller lire tranquillement en me flattant le ventre. Les illustrations de Marie-Louise Gay illuminent et me transportent dans une forêt magique où tu règneras. Une forêt qui ressemble à celle que j’aime en Beauce. Une forêt calme et forte à la fois!

Le mobilier et la déco sont simples et, disons-le, épurés. Rien n’est surchargé. À Adèle, j’avais eu besoin de décorer avec des couleurs éclatantes et avais même ajouté plusieurs peluches. Cette fois-ci, je savais que je n’en voulais pas. Et le résultat me plaît. C’est une oasis de paix pour toi cette chambre, une forêt apaisante où se ressourcer.

Mes tricots
Un rang à l’endroit, un rang à l'envers : voilà le secret. En faisant danser mes aiguilles, j’aurai préparé quatre morceaux pour mini-fiston. Le tricot me calme et me permet de décompresser. Tricoter permet de faire le vide et de se tourner vers une tradition ancienne qui sécurise. Sans compter qu’il est valorisant de voir le résultat de nos jeux d’aiguilles et de mailles. Quand on tricote, c’est signe qu’on est bien. Même que Michel Odent a écrit dans Au cœur de la naissance que lorsqu’il voyait des sages-femmes tricoter en silence près d’une femme qui accouche, il savait que cet environnement était de toute évidence compatible avec un accouchement rapide et facile. Une recherche a démontré que les actes répétitifs, comme tricoter, semblaient efficaces pour réduire les tensions. Tricoter contribue à modérer l’activité du cerveau (le néocortex) et réduire le taux d’adrénaline. Et lors d’un accouchement, l’adrénaline vient plutôt contrecarrer la production d'ocytocine et d'endorphines. Ainsi, les sages-femmes qui tricotaient près de leur patiente réduisaient la propagation d’adrénaline dans la chambre de naissance. Ce texte a été une révélation pour moi.

Voici mes créations tirées des catalogues Phildar! Vite, il faut que j’ajoute les boutons pour les terminer complètement. La veste verte me promet un automne douillet. J’en voudrais une pareille… en rose! Le prochain projet sera une robe pour Adèle et ensuite, un morceau pour moi.

Le livre
Il y a deux semaines, je vous ai parlé du livre que je préparais pour Adèle. En écoutant un film, j’ai confectionné quelques pages… que j’ai terminées bien passé minuit! On ne coupe pas l’inspiration d’une artiste en herbe! Voici quelques pages! J’ai pris soin de laisser quelques pages blanches à la fin pour quatre événements qui mériteront d’être immortalisés eux aussi : la première rencontre Adèle et Hubert, le retour à la maison et la nouvelle petite famille. Je ne gagnerai jamais de prix avec ce livre là, ni pour le texte ni pour les illustrations, mais Miss Lulus l’adore déjà. C’est notre livre de chevet qu’elle se plaît à nous raconter elle-même…

La fin du calendrier
Les mois s’égrainent. J’ai appris que j’étais enceinte au mois de novembre alors que la froidure, l’humidité et le temps gris envahissaient nos vies. Là, tout rayonne. La verdure a remplacé la grisaille. Les fleurs explosent. Le ciel est de plus en plus bleu. J’ai tourné la dernière page de mon calendrier de grossesse. Et sur celui d’Adèle, dans sa chambre, plus qu’une seule page est affichée à son mur.

Sortie du bois
À la suite de ma dernière chronique, je tiens à vous dire que je suis sortie du bois. Mais à reculons! Comme j’étais bien loin, perdue dans le bois, fouettée par le vent et bercée au son de la pluie qui tambourine sur la roulotte au moment de se coucher! Quatre jours de détente. Quand nous sommes partis, mon cœur s’est serré un peu.

Premièrement, parce qu’Adèle se lamentait « Pourquoi on part du camping? Pourquoi on retourne à la maison? Qu’est-ce qu’on va faire à la maison? » La maison avait perdu tout son intérêt. Pour moi aussi, la nature surclasse tout. Je ne voyais plus les attraits de la ville une fois que j’ai « regoûté » à mon bois. Et deuxièmement parce que je savais que j’y reviendrais que dans quelques semaines… avec Hubert. J’y reviendrais changée. J’y reviendrais pour lui montrer. C’est du concret! Les jours passent…

Leur premier échange de cadeaux
Le trio-bientôt-quatuor a préparé le premier échange de cadeaux entre Hubert et Adèle. Nous sommes allés aux magasins ensemble et avons laissé le choix à Adèle de choisir une doudou, un petit hochet et une suce pour son « bébé-frère ». Elle a aussi glissé dans le sac-cadeau le pyjama Nemo qu’elle avait choisi au mois de janvier dernier. Le tout premier qu’on avait acheté!

Ensuite, discrètement, nous lui avons acheté une peluche en pouliche (ses nouvelles amours!), un livre Dora pour son LeapPad et deux petits livres (Toupie et son bébé, qu’elle pourra lire à Hubert et Les bobos des animaux qu’elle découvrira avec nous!)

Les sacs sont prêts : celui pour Adèle nous suivra à l’hôpital, celui pour Hubert est sous la protection ultime d’Adèle qui lui ajoute parfois certains de ses propres jouets et qui l’apportera elle-même à l’hôpital quand elle viendra nous voir.

Cet échange est très important pour nous. Il symbolise le premier partage entre les enfants même s’ils n’en sont pas vraiment conscients. J’essayerai à chaque Noël et à chacune de leur fête qu’ils choisissent un cadeau pour l’autre sans qu’on intervienne dans leur choix. Et le plus merveilleux, c’est que leur donner 5 $ et les laisser choisir dans un magasin à 1 $ relève du pur bonheur pour eux. Parfois, je me dis qu’on se casse trop la tête et que les petites attentions venues du cœur ne sont ni coûteuses ni compliquées.

Son « kit » de sortie
Inutile de tenter de trouver une explication raisonnée au fameux « pyjama » ou « ensemble » pour la grande sortie de l’hôpital. D’abord, parfois on ne saisit pas l’urgence de trouver un ensemble spécial. D’autre fois, on vous souligne subtilement que vous partez de l’hôpital pour vous rendre uniquement dans votre maison… dans le plus grand anonymat! Personne ne vous photographiera à la sortie de l’hôpital comme la fillette Pitt-Jolie. Mais pour bien des futurs parents – bon, d’accord : des futures mères –, cet ensemble est important. On le magasine avec une folie que seules d’autres futures ou nouvelles mamans comprennent! On l’achète le cœur joyeux, le portefeuille aveugle au prix. On le lave délicatement, humant son parfum au moins une fois par jour. On le plie, le déplie et le plie encore, l’imaginant grouiller maladroitement dans cet habit de prince quelques jours après son arrivée dans notre monde. Puisqu’on l’aura choisi dans la grandeur « minuscule » et que notre trésor grandira très vite, on le rangera rapidement, le cœur gros, mais fier. On le gardera précieusement pour le lui montrer un jour. On le gardera précieusement, car pour nous, c’est notre lien à ses premiers jours de vie.

Bref, même si j’avais hâte de lui trouver un ensemble génial, mes séances de magasinage ont été plutôt désastreuses. Rien ne me plaisait vraiment. Rien n’était assez spécial ou assez joli. Pourtant, les tiroirs de sa commode débordent déjà de vêtements. Mais j'hésite encore entre quelques morceaux…

Ma plus belle "paie"
J’ai terminé mes contrats de pige. Mon ordinateur est de plus en plus souvent en vacances. Adèle et moi profitons donc de l’été du matin au soir. Et j’ai reçu d’elle ma plus belle « paie » à vie. Dans ma chronique de ma 29e semaine, j’ai longuement parlé de notre rôle de maman. C’est dans ce billet que je vous ai dit qu’Adèle n’allait plus à la garderie. Comme une éternelle indécise, je me suis souvent demandé, en silence, si j’avais pris la bonne décision : « Et si Adèle s’emmerdait avec moi? Et si elle avait préféré ses habitudes avec ses amis de la garderie? » La réponse est venue un peu plus d’un mois après le début des spéculations.

En passant devant la garderie en auto, Miss Lulus m’a dit « Tu sais, moi, maman, je ne vais plus à la garderie. Moi, je reste avec toiiiiiiiii! », un soleil dans la voix. Elle semblait si fière et si heureuse. Et quand elle s’est mise à répéter cette jolie ritournelle à mon chum et à mes parents, j’ai cru que mon cœur allait déborder de bonheur. Je l’avais ma réponse : elle est heureuse à la maison. Complètement heureuse. Et je l’ai été moi aussi. Vraiment, c’est ma plus belle « paie » depuis longtemps! Celle qui réconforte et qui même si elle ne fait pas grimper les piles de sous à la banque, elle est la plus gratifiante!

Vive la fraîcheur!
Top 5 des rafraîchissements des femmes enceintes, dans l’ordre ou le désordre : l’air conditionné, la piscine, les douceurs glacées, les bains de pieds et la limonade bien froide. Vous en avez d’autres? Écrivez-moi...

Envie de lavage
Pour la première fois de ma vie, je vais dire quelque chose que je ne redirai probablement jamais. Alors, écoutez bien, je ne le répèterai pas : j’ai hâte de faire du lavage et même celui à la main dans l’évier de la cuisine. Plusieurs brassées sont au menu de ma semaine et au lieu d’une moue déprimée, j’affiche un sourire. Le bac rempli des vêtements que j’ai achetés pour mini-fiston depuis janvier m’attend. Je lave et plie minutieusement tous ces petits morceaux avant de les ranger dans son garde-robe et ses tiroirs. Dernière étape avant son arrivée… Il me semble qu’en manipulant ces petits chandails et ces barboteuses minuscules, tu seras encore plus près de moi quoique ce soit difficile de l’être plus que là! Mini-fiston, tout est prêt. Il ne manque que toi. Je t’attends… en pliant tes bas!

Bonne semaine!


            37e semaine

Calculatrice d'accouchement

Calculez votre date d'accouchement en rentrant la date de vos dernières règles.

Advertisement Présenté par Pampers

Cette semaine

Commentaires

Mamanpourlavie.tv

Soins pour les enfants - Prévention

223 vues / 0 commentaire

Calculatrice d'accouchement

Calculez votre date d'accouchement en rentrant la date de vos dernières règles.

Advertisement Présenté par Pampers

Suivez-nous

Facebook Twitter Pinterest Google+ Instagram Youtube RSS

Bulletin Ma Grossesse

Abonnez-vous dès maintenant.

Bulletin Bébé grandit!

Abonnez-vous dès sa naissance!

Nos partenaires