Imprimer Fermer

Enseigner aux tout-petits l’affirmation de soi

Qu’est-ce que l’affirmation de soi? Vient-elle naturellement aux enfants ou faut-il leur enseigner? Nancy Doyon nous propose des pistes de réflexion pour mieux outiller nos enfants face à l’adversité.

Au restaurant, dans la section des jeux pour enfants, je vois une fillette, âgée d’environ trois ans, s’approcher de son père en pleurant : « Papaaaaaa! Il y a des grands dans la glissade qui nous donnent des tapes et nous empêchent de glisser! » Sans lever les yeux de son journal, le papa répond à sa fille : « Bah! Laisse-les faire. Va jouer dans la petite maison à la place… »

Au terrain de jeu, deux garçons âgés d’environ sept ou huit ans « font la loi » dans le module de jeu. Ils contrôlent les plus petits, décident lequel monte ou pas et jouent les fiers-à-bras. En ricanant, l’un d’eux va même jusqu’à cracher sur une fillette de quatre ans. Témoin de la scène, le père va dire sa façon de penser aux deux malotrus et quitte le parc avec sa fille.

Qu’est-ce qui ne va pas dans ces deux situations?

Ces enfants étaient victimes de violence et d’intimidation et aucun des parents ne leur a enseigné à se défendre. Le premier envoie le message suivant à sa fille : laisser faire et, l’autre, attendre qu’un adulte la défende. Bientôt, dans la cour d’école, ces petites n’auront aucun outil pour faire face aux situations de conflit et risquent donc de céder devant l’adversité ou de rechercher constamment la protection de l’adulte. Pourtant, ces deux situations auraient constitué de formidables occasions d’enseigner l’affirmation de soi à ces fillettes.

Généralement, les parents enseignent assez tôt aux enfants toutes les habiletés qui feront d’eux des personnes agréables à côtoyer : le respect des autres, l’empathie, le partage, l’accueil et l’entraide. Mais que désire-t-on vraiment pour nos jeunes? Qu’ils soient aimés ou heureux? Qu’est-ce qui est prioritaire? Le respect des autres ou le respect de soi?

Pourtant, l’affirmation de soi est d’une importance capitale dans toutes les relations actuelles et futures de l’enfant. En effet, la capacité à affirmer sa pensée et son opinion demeure l’une des bases des compétences sociales, compétence qui permet à l’enfant et à l’adulte de prendre plus facilement leur place dans un groupe, à l’école ou au travail. Les gens qui démontrent de l’assurance ont généralement plus d’amis, trouvent de meilleurs emplois et attirent davantage le respect de leur entourage.

Voici quelques exemples d’attitudes affirmatives

  • Dire son opinion, même si elle diffère de celle des autres, sans craindre les moqueries.
  • Aller vers les autres, proposer des jeux ou des activités sans avoir peur du rejet. N’être ni « petit boss », ni « suiveux. »
  • Refuser de faire des choses qui vont à l’encontre de ses valeurs, ne pas se laisser influencer.
  • Négocier et faire des compromis avec ses amis sans toujours les laisser décider pour éviter de déplaire.
  • Dire ce qui nous dérange sans adopter une attitude plaintive.
  • Prendre soin des autres et les respecter, mais accepter aussi de ne pas toujours être gentil et conciliant, de ne pas toujours être aimé de tous.
  • Parfois, s’affirmer c’est aussi se mettre en colère et monter le ton quand quelqu’un nous agresse, sans pour autant utiliser la violence ni prononcer des paroles injurieuses.

Cette semaine

Commentaires

Suivez-nous

  • Facebook
  • Twitter
  • Forum Forum 93 024
  • RSS

Mamanpourlavie.tv

La réanimation cardio-respiratoire de bébé (RCR) - Vidéo

39060 vues / 7 commentaires

Bulletin Ma Grossesse

Abonnez-vous dès maintenant.

Bulletin Bébé grandit!

Abonnez-vous dès sa naissance!