Enfant

Les 5 clés de la parentalité bienveillante

Est-ce qu'il vous arrive, en tant que parents, d'être fâché et/ou stressé et de chercher un coupable? La nature humaine est ainsi faite. Devant un danger, une peur, une menace, on adopte le fameux fight, flight, freeze (se battre, fuir ou faire du sur place).

C'est en ces mots que Mitsiko Miller, de Projet famille en harmonie, a débuté sa conférence sur la parentalité bienveillante. Plusieurs dizaines de parents ont écouté avec attention cette conférencière dans le gymnase d'une école primaire montréalaise la semaine dernière.

Selon Mme Miller, mère de deux adolescents, « notre nature nuit parfois à notre façon de répondre à nos enfants ». Ceux-ci sont plus libres qu'auparavant (on pense à l'époque de nos grands-parents, par exemple) et ils s'expriment plus facilement. « Il est fini le temps des castes, où les relations étaient très hiérarchisées, explique la coach parentale. Après la libération des Noirs, la libération de la femme, l'ouverture sur les homosexuels, sur les autres peuples, les changements dans les entreprises et la reconnaissance des animaux (NDLR : ils ne sont plus considérés des choses mais des êtres vivants et sensibles), nous sommes maintenant dans un mouvement dans lequel on reconnaît davantage l'enfant ».

Dans ce mouvement, les diktats du système de la parentalité autoritaire ne fonctionnent plus, rappelle Mme Miller. Il faut évoluer avec notre époque et donc ajuster notre façon de percevoir les enfants... et de les accompagner.

C'est en ce sens que s'inscrit la parentalité bienveillante. Avant de donner les cinq clés pour la comprendre et l'appliquer, Mme Miller a dressé le portrait de ce qu'elle n'est pas.

La parentalité bienveillante, ce n'est pas...

  • Tout permettre, tout accepter
  • S'oublier pour son enfant
  • Être gentil, devenir le meilleur ami de son enfant

Selon la spécialiste, qui enseigne à des parents, des familles, des enfants, des adolescents et des éducateurs, voici les cinq bases d'une parentalité bienveillante.

Développer des outils adaptés

« Si crier et si punir ne fonctionnent pas, alors il faut changer notre méthode, explique Mitsiko Miller. Un enfant qui se sent aimé va se livrer... car il a confiance ».

Changer de posture

« Les parents ne sont pas des experts; ce sont des apprenants! L'autorité se mérite. Il faut avouer qu'on fait des erreurs : cela ne nous discrédite pas, au contraire! Il faut être authentique et devenir un référent. On ne juge pas notre enfant, on l'écoute », dit Mme Miller.

Donner l'exemple

« Nous sommes tous parfaitement imparfaits, dit l'experte en riant. On devient des guides : on pose des balises. On se met à la place de l'enfant et on propose des options pour qu'on puisse tous gérer nos émotions ».

Faire valoir nos besoins

« Les besoins des parents sont aussi importants que ceux des enfants. Il faut ouvrir notre enfant à notre réalité. On peut aussi, par exemple, créer un conseil de coopération : comment peut-on s'aider, dans cette famille, pour que ce soit équitable pour tous? ».

Et dans tout cela...

... il faut se poser cette question, souligne Mme Miller : « Est-ce que dans tout ce que je fais, j'exprime de l'amour? »

Mitsiko Miller organise des ateliers, des conférences et fait du coaching familial dans le cadre des activités de son entreprise, Projet famille en harmonie.

Par Maude Goyer

Calculatrice d'accouchement

Calculez votre date d'accouchement en rentrant la date de vos dernières règles.

Cette semaine

Commentaires

Calculatrice d'accouchement

Calculez votre date d'accouchement en rentrant la date de vos dernières règles.

Suivez-nous

Facebook Twitter Pinterest Google+ Instagram Youtube RSS

9 émois avant toi - épisode 5 - Sexe ou amitié?

7614 vues / 0 commentaire

Bulletin Ma Grossesse

Abonnez-vous dès maintenant.

Bulletin Bébé grandit!

Abonnez-vous dès sa naissance!

Nos partenaires