Imprimer Fermer
Blogues

Faire des choix éclairés

Un choix éclairé, ce n’est pas le choix unique de la vérité. C’est connaître toute l’éventail des possibilités qui s’offrent à nous, s’y confronter et y réfléchir.

Puis, prendre la décision qui nous ressemble, aujourd’hui, en toute sincérité. En toute conscience et en toute connaissance de cause.

Pour y arriver, il faut chercher l’information et prendre le temps de penser à toutes les options possibles. Si on manque d’outils et de connaissance de soi, ou si on décide de se voiler le visage, alors ces choix deviennent des choix subis, des choix par dépit, des mauvais choix…

Un dialogue fragile

« Il vaut mieux donner un biberon avec amour qu’une tétée avec nausées. »

Cette maxime stérile est l’archétype même de ceux qui renoncent et qui ferment un dialogue fragile. Une formule toute faite, apprise sans réflexion, pour ceux qui ne savent pas quoi dire à des mères en deuil, mais aussi à des femmes qui n’osent pas, qui abandonnent leurs souffrances en se résignant, en se cantonnant aux apparences. C’est un peu comme dire à une femme qui a eu un accouchement traumatique que « l’important est que le bébé soit en bonne santé ».

Ces phrases, si connues et vides de sens, sont des désastres dans les étapes du deuil. J’accompagne quotidiennement des mamans depuis quatre ans et derrière chaque non-allaitement il y a une histoire. La PLUPART sont des non-allaitements subis, non réparés, perturbés et derrière, il y a des femmes blessées. Elles ne peuvent pas assez souvent déposer leurs émotions, leurs craintes, leur histoire douloureuse car il n’y a pas de place pour le faire. On ne veut pas entendre, on fait de la place au superficiel par peur de prendre soin des couches fragiles.

Assumer et protéger

Notre société est mal à l’aise avec la peine, inconfortable avec la souffrance. Elle a la manie de se trouver des excuses avec des petits dictons bien mignons qui sont censés réparer et atténuer le sentiment d’injustice.

Qu’une femme allaite ou non m’importe peu ; ce que j’essaie par contre de faire, au quotidien, c’est de tenter d’outiller les parents pour qu’ils puissent être acteurs de leurs choix et d’en porter le poids. Assumer, protéger et défendre leur point de vue.

Aujourd’hui, je voudrais que derrière chaque histoire, il y ait une prise de conscience sur les raisons d’une décision. Je voudrais que chaque femme puisse avoir la chance de réfléchir sur ses réels besoins, ses vrais doutes, motivations et la complexité de ses émotions.

Ce qui compte, au fond, c’est de se connaître, de ne pas tricher, d’oser aller dans des zones plus douloureuses et d’accepter notre vulnérabilité tout en douceur et en indulgence.

Parce que derrière chaque choix il peut y avoir un deuil à vivre.

Chloé Boehme

Accompagnement périnatal et familial

Chloé Boehme s’est tournée vers l'accompagnement périnatal et familial après un baccalauréat en psychologie clinique. Conférencière, elle tient des chroniques sur les réseaux sociaux. Sa mission est de permettre à la famille de reprendre confiance en son intuition et développer ses aptitudes grâce à des outils concrets, la communication non-violente et une écoute empathique. Elle exerce depuis bientôt 5 ans. Ses clients se disent touchés par sa sensibilité, son ouverture et sa joie de vivre. Son intention est de briser la solitude et la difficulté parentale en levant les tabous. Elle exerce à la clinique Rosemont et à la Source en soi à Montréal et propose des consultations via Skype à travers le Québec et toute l’Europe francophone.

Cette semaine

Commentaires

Suivez-nous

Facebook Twitter Pinterest Google+ Instagram Youtube RSS

Etienne Boulay dans son quotidien

19404 vues / 0 commentaire

Bulletin Ma Grossesse

Abonnez-vous dès maintenant.

Bulletin Bébé grandit!

Abonnez-vous dès sa naissance!

Nos partenaires