Imprimer Fermer
Bébé

Les coliques : être outillé et paré à les affronter

Synonyme de pleurs excessifs, les coliques du nouveau-né touchent entre 20 % et 30 % des bébés âgés de deux semaines jusqu’à environ six mois.

Elles ne sont rien de moins qu’un processus d’adaptation du nourrisson à son nouvel environnement, en lien avec le niveau de sensibilité de ce dernier.

Les spécialistes de la petite enfance donnent deux sens au terme colique :

  • À heure fixe, l’enfant évacue son surplus d’émotion par des pleurs intenses;
  • Les coliques sont des douleurs intenses à l’abdomen.

Dans les deux cas, voici certaines manifestations physiques : cris, pleurs jusqu’à trois heures quotidiennement, genoux qui se replient et l’enfant peut se tortiller.

Parlant du fameux trois heures, le docteur Morris Wessel a bâti une règle de trois : pleurs de plus de trois heures par jour (surtout en fin de journée), plus de trois jours par semaine et depuis plus de trois semaines. Vos 5 à 7 n’auront plus la même allure! ;)

Les symptômes et les causes

Bien que cette liste soit exhaustive, votre bébé ne doit pas manifester tous ces symptômes pour être aux prises avec les coliques.

Voici certains gestes, en ordre alphabétique, qui peuvent vous porter à croire que votre mini souffre de coliques :

  • Agitation;
  • Coliques abdominales;
  • Cuisses repliées;
  • Dérangement stomacal;
  • Éructations;
  • Gaz, flatulences;
  • Irritabilité;
  • Nausées;
  • Poings fermés;
  • Spasmes douloureux;
  • Visage rouge.

Bien que mal connues encore à ce jour, les causes hypothétiques des coliques sont :

  • Une intolérance aux produits laitiers;
  • Une intolérance aux préparations commerciales pour nourrissons;
  • Un environnement de vie tendu propice au stress;
  • Une immaturité du système digestif qui occasionne des spasmes et des gaz;
  • Une immaturité globale biologique et psychologique;
  • Un puissant réflexe d’éjection du lait maternel.
Distinguer le bon du mauvais

Certains gestes que l’on pose inconsciemment peuvent nuire lors des épisodes de coliques.

D’abord, si la personne qui s’occupe du poupon est tendue, le stress et l’anxiété de cette dernière se transposeront au bébé qui ne fera que pleurer avec plus d’intensité. D’ailleurs, mieux vaut éviter de passer bébé d’une personne à une autre, de le ballotter et de le nourrir trop souvent. Lorsqu’il est irritable, le nourrisson réagit mieux si on s’abstient de trop le manipuler.

Dans le même ordre d’idées, il est souhaitable de ne pas perturber son horaire en tentant de le réconforter de façon exagérée.

Finalement, côté alimentaire, il arrive parfois pour la mère allaitante de devoir éviter certains aliments dont voici quelques exemples :

  • Chou, brocoli, oignon, ail;
  • Les produits laitiers;
  • Les sucres et la farine blanche ralentissent la transformation des aliments dans l’intestin, ce qui favorise aussi la fermentation;
  • La caféine sous toutes ses formes (café, thé, chocolat, boissons gazeuses). Limitez votre consommation à trois doses quotidiennes au risque de causer de l’agitation chez votre bébé.

Calculatrice d'accouchement

Calculez votre date d'accouchement en rentrant la date de vos dernières règles.

Cette semaine

Commentaires

Calculatrice d'accouchement

Calculez votre date d'accouchement en rentrant la date de vos dernières règles.

Suivez-nous

Facebook Twitter Pinterest Google+ Instagram Youtube RSS

Être un parent qui s’investit

4116 vues / 0 commentaire

Bulletin Ma Grossesse

Abonnez-vous dès maintenant.

Bulletin Bébé grandit!

Abonnez-vous dès sa naissance!

Nos partenaires