Imprimer Fermer

Reflux et régurgitations

Les régurgitations sont très fréquentes :  jusqu’à 4 bébés sur 10 en souffrent régulièrement. Mais quelle est la différence entre les régurgitations et le reflux gastro-œsophagien?

Les régurgitations sont très fréquentes et le plus souvent bénignes, jusqu’à 4 bébés sur 10 en souffrent régulièrement. Il ne faut s’en inquiéter que si elles s’accompagnent de manifestations douloureuses, de mauvaises prises du sein ou du biberon et de troubles du sommeil. On doit dans ces cas évoquer un reflux gastro-œsophagien qui est assez rare chez les bébés. Une bonne façon de les distinguer : les régurgitations banales surviennent en général juste après les biberons et sont indolores. Dans le cas du reflux, les régurgitations surviennent plusieurs heures après et sont souvent douloureuses.

Qu'est-ce que le reflux gastrique?

Le reflux gastro-œsophagien (RGO) se caractérise par l'arrivée dans l'œsophage de liquide gastrique le plus souvent acide en provenance de l'estomac. Le reflux peut, ou non, s'extérioriser sous forme de régurgitations ou de vomissements. La jonction œsogastrique (ce qu’on appelle faussement le clapet) du nourrisson est immature. Il est normal de constater des reflux gastriques chez le nourrisson jusqu'à l'âge de 9 mois. Le reflux gastro-œsophagien est plus fréquent chez les prématurés, chez les enfants qui ont été opérés pour des anomalies de l’œsophage, chez ceux qui souffrent de problèmes pulmonaires (asthme, dysplasie broncho-alvéolaire, fibrose kystique) ainsi que chez les enfants qui souffrent d’hypotonie ou de problèmes de développement psychomoteur (la trisomie 21, l’infirmité motrice cérébrale, etc.)

Comment faire la différence?

La distinction entre les régurgitations simples et un reflux gastro-œsophagien n'est pas facile et peut conduire à des traitements inutiles. Le caractère pathologique du RGO doit être retenu en cas de régurgitations trop fréquentes, trop abondantes, qui s'accompagnent de douleurs, d'inconfort, de pleurs, de tortillements, d'accès de pâleur, avec ou sans vomissements... et qui surviennent parfois à l'occasion d'un brutal changement de position. Seul le médecin peut établir le bon diagnostic en pratiquant, au besoin, des examens complémentaires...

Lors des régurgitations simples, l’enfant reste confortable, car la régurgitation de lait ne demande aucun effort associé, parfois lors du rot ou entre les boires. L’enfant est de bonne humeur et peut même continuer à boire normalement si ça arrive pendant la tétée. Ne soyez pas trop inquiet de la quantité de liquide rejetée puisque la régurgitation se compose habituellement de salive et de suc gastrique; il ne contient qu’une faible quantité de lait.

Les solutions

Les traitements non médicamenteux devraient être tentés en premier lieu. La position anti-reflux qui se traduit par le fait de surélever la tête de lit à environ 30 degrés tout en maintenant la position recommandée sur le dos et le traitement diététique peuvent suffire pour diminuer les régurgitations. Le fait de diminuer la quantité de lait donné chaque fois, en augmentant le nombre de tétée pour s'assurer que l’enfant mange suffisamment, permettrait de diminuer la quantité de liquide dans l’estomac et donc le reflux gastro-œsophagien. L’épaississement du lait, c’est-à-dire l’ajout d’une petite quantité de céréales, peut être utilisé à partir de 4 à 6 mois. Toutefois, les résultats de ces techniques sont mitigés et doivent être approuvées par un médecin.

Depuis que l'on a constaté une très importante diminution du risque de mort subite du nourrisson en interdisant de coucher les bébés sur le ventre ou sur le côté, on ne propose la position inclinée sur le côté qu'en cas d'échecs des traitements médicamenteux. Très souvent, le reflux disparaît au fur et à mesure du passage à la station debout et à une alimentation plus solide...

Des traitements pharmacologiques sont disponibles et seront choisis en conséquence par le médecin traitant. Dans certaines situations rares, une chirurgie peut être nécessaire, mais elle est réservé aux enfants dont la vie a été mise en danger par le reflux gastro-œsophagien ou encore lorsque le reflux cause des complications graves, persistantes et réfractaires aux traitements médicamenteux.

Trucs
  • Faites faire plusieurs rots à bébé durant la tétée, au moins 3 fois, en le tenant debout contre vous.
  • Après le boire, attendez avant de le changer de position et bougez-le le moins possible.
  • Surélevez la tête du lit de bébé à l'aide d’un coussin ou d’un oreiller.
  • Évitez de l’asseoir dans un siège de bébé, la position assise écrase l'estomac et accentue le problème.
  • Pesez régulièrement bébé : Sa prise ou sa perte de poids vous indiquera s’il y a lieu de s’inquiéter ou de consulter. Un bébé qui prend du poids normalement est un bébé en santé.
Par Sonia Cosentino

Cette semaine

Commentaires

Suivez-nous

  • Facebook
  • Twitter
  • Forum Forum 92 531
  • RSS

Mamanpourlavie.tv

L’ABC du REEE - Vidéo

2566 vues / 0 commentaire

Bulletin Ma Grossesse

Abonnez-vous dès maintenant.

Bulletin Bébé grandit!

Abonnez-vous dès sa naissance!